Communiqué de presse28/03/2022

La Bugatti Centodieci s’apprête à entrer en phase de production – plus de 50 000 km de test avalés

La Bugatti Centodieci s’apprête à entrer en phase de production – plus de 50 000 km de test avalés
Centodieci: Consommation de carburant combinée (WLTP): 21,47 l/100 km; Émissions de CO2 combinées (WLTP): non applicable

Molsheim

Le deuxième modèle de coachbuilding de l’ère moderne de Bugatti est un hommage à l’hypersportive des années 1990, l’EB110, un véritable concentré de performances alors unique monde : moteur V12 de 3,5 litres doté quatre turbocompresseurs développant jusqu’à 611 ch, transmission intégrale et une monocoque en fibre de carbone.

Consommation de carburant et émissions

  • 1Centodieci: WLTP consommation de carburant en l/100 km : basse 40,31 / moyenne 22,15 / élevée 17,89 / particulièrement élevée 17,12 / combinée 21,47 ; pondéré combinées, g/km : non applicable ; classe d’efficacité énergétique : G
  • 2Chiron: WLTP consommation de carburant en l/100 km : basse 44,56 / moyenne 24,80 / élevée 21,29 / particulièrement élevée 21,57 / combinée 25,19 ; émissions de CO2 combinées, g/km : 571,64 ; classe d’efficacité énergétique : G

Seules dix unités de la Bugatti Centodieci1 seront produites. Pour chacune d’elles, le constructeur automobile de luxe français déploie les mêmes efforts de développement et d’essai que pour son « produit de série », la Bugatti Chiron2. Et c’est ce que les clients de Bugatti attendent, car les véhicules de coachbuilding sont ce que la marque a de plus exclusif à offrir : un nombre d’unités des plus limités, un design exceptionnel avec une configuration de conduite dynamique propre.

Pendant des mois, les pilotes d’essai et les ingénieurs de Bugatti collectent des données techniques et des expériences précieuses sur la grande vitesse, en évoluant sur circuit technique et sur anneau de vitesse, sur route et dans le trafic urbain. Le tout est ensuite transmis au service de développement technique de Bugatti Engineering pour une évaluation minutieuse. À son retour de Nard dans les Pouilles au sud de l’Italie où les essais d’endurance finaux ont été réalisés selon un protocole extrêmement précis, la Centodieci, en version prototype mais proche de la série, a déjà parcouru plus de 50 000 km d’essais au total.

Pendant des heures, le prototype blanc y a enchaîné les tours de piste. Kilomètre après kilomètre. Trois conducteurs se relaient 24h/24 pour tester toutes les fonctions, enregistrant et consignant la moindre anomalie. Ils expérimentent différents profils de parcours dans toutes les plages de vitesse, roulant tantôt au pas, tantôt à vitesse maximale, de jour comme de nuit. Les essais d’endurance exigent des conducteurs des connaissances techniques avancées, mais aussi une concentration et une sensibilité extrêmes, tout comme une maîtrise précise du véhicule. Même après des heures passées sur la piste à grande vitesse, ils doivent percevoir le moindre bruit anormal, le moindre mouvement, la moindre irrégularité. Tout est examiné une toute dernière fois : la conduite sur différentes surfaces, humides et sèches, le moindre mouvement du volant, le freinage, l’accélération, la répartition des charges en virage, la fonctionnalité des systèmes d’assistance au conducteur. Tout doit s’accorder pour créer une expérience de conduite unique, une expérience Bugatti.

« Avec son anneau de grande vitesse et son circuit technique, le site d’essai de Nard offre des conditions idéales pour des tests d’endurance intensifs », explique Steffen Leicht, responsable des essais d’endurance chez Bugatti. L’anneau de 12,6 km de long et de 4 km de diamètre est considéré comme le circuit automobile circulaire le plus rapide du monde. Le circuit technique de 6,2 km à l’intérieur du site permet de réaliser des tests aux niveaux de charge les plus élevés qui soient en termes de dynamique longitudinale et transversale. Sur plus de 700 hectares qu’offre le site de Nard, 70 km de pistes proposant divers revêtements sont également disponibles pour tester et contrôler de manière approfondie tous les composants du véhicule.

Pendant les tests, la Centodieci avale jusqu’à 1 200 km par jour, les séances n’étant interrompues que par des vérifications techniques, des ravitaillements en carburant et des changements de conducteur. Durant toute la période, les ingénieurs Bugatti analysent les données du moteur et du véhicule, puis procèdent à des ajustements dès que nécessaire. « Nous testons une dernière fois chaque élément sur le véhicule, en veillant à la fonctionnalité et à la durabilité, avant que les premières unités de la Centodieci n’entrent en production », explique Carl Heilenkötter, chef de projet sur les projets One-Off et Few-Off chez Bugatti.

Toutes les fonctions doivent interagir parfaitement entre elles, résister aux surcharges et s’harmoniser de manière stable et sûre, même dans les conditions de conduite les plus inhabituelles. Depuis plus de 100 ans, Bugatti se fixe des normes de qualité très élevées pour ses produits. Une tradition que la marque perpétue encore à ce jour. Et c’est ainsi que dans 100 ans, la Centodieci devra encore procurer à son propriétaire une expérience de conduite unique. Pour atteindre ce niveau de qualité, Bugatti va bien au-delà des exigences légales.

« La Centodieci est poussée délibérément à sa limite de charge afin de garantir une tenue de route parfaite et absolument fiable au plus haut niveau, même dans des situations extrêmes. Même si la plupart des véhicules n’atteignent jamais cette plage de sollicitation, elle est testée. C’est la philosophie de la marque, c’est pour cela que nous faisons cet énorme effort de test. Bugatti représente des exigences de qualité, de longévité et de satisfaction client maximales », explique Carl Heilenkötter. Les tests d’endurance à Nard forment le dernier acte d’un long protocole de tests.

À peine est-il arrivé à son terme que les premiers véhicules – exclusifs au plus haut point compte tenu d’un prix unitaire à partir de huit millions d’euros nets – doivent entrer en production. Cette phase qui débutera dans quelques semaines dans l’Atelier alsacien de Molsheim bénéficiera de la même attention que celle apportée par les ingénieurs lors du développement. Les dix unités seront livrées à leurs propriétaires avant la fin de l’année.

Contact pour la presse

Nicole AugerHead of Communicationsnicole.auger@bugatti.com